Corine Fiorenti

Attaque panique Crise d’angoisse : quand la peur vous submerge

Versailles Mars 2023

Les personnes atteintes d’attaque panique ou de crise d’angoisse  sont souvent submergées par la peur. Ces situations représentent un véritable défi pour la personne elle-même et pour le psy.

En effet dans un premier temps, les patients décrivent les symptômes physiques de l’attaque de panique. Dans un second temps seulement des manifestations émotionnelles ou des symptomes psychologiques des attaques de panique peuvent être évoqués.

De plus les manifestations invalident le patient qui parfois ne peut plus assurer ses responsabilités familiales, professionneles et dans la société.

Enfin, les signes clinique ne se manifestent pas toujours pendant les séances de psychothérapie et peuvent néanmoins amputer le patient de son autonomie dans sa vie quotidienne.

 

Qu’est-ce qu’une attaque panique? Qu’est-ce qu’une crise d'angoisse?

Une attaque de panique est une peur intense qui se caractérise par son caractère inattendu et son intensité invalidante et immobilisante. Ainsi, votre cœur bat la chamade (palpitations cardiaques). De plus, vous ne pouvez plus respirer et pouvez avoir l’impression de la peur de mourir ou de la peur de devenir fou. Enfin, les attaques de panique frappent souvent à l’improviste, sans avertissement. Elles font irruption sans facteur déclenchant clair et peuvent même survenir pendant un moment de détente ou lorsque vous dormez.

Bien que la crise de panique peut être un événement ponctuel, de nombreuses personnes connaissent des épisodes répétés. Quand elles sont récurrentes, elles sont souvent déclenchées par une situation spécifique. Comme par exemple traverser un pont, parler en public ou n’importe quelle autre peur. Cela est d’autant plus vrai si cette situation a déjà provoqué une attaque de panique. Habituellement, ce sont des situations dans lesquelles vous vous sentez en danger et dans l’incapacité de vous échapper. L’attaque déclenche alors une réaction de combat ou de fuite. Elle est alors ressentie dans tout le corps. Les peurs intenses peuvent s’associer à une perte de contrôle. Le processus peut s’amplifier avec la peur de la peur qui  plonge la personne dans un cercle vicieux.

Aussi vous pouvez subir une ou plusieurs attaques de panique, tout en étant par ailleurs parfaitement heureux et en bonne santé dans votre vie. Ces crises d’angoisse peuvent aussi survenir dans le cadre d’un autre trouble, tel que le trouble panique, troubles anxieux, la phobie sociale ou la dépression

Quelle qu’en soit la cause, les attaques de panique se soignent. Il existe plusieurs stratégies que vous pouvez utiliser pour réduire ou éliminer les symptômes de panique. Cela vous permettra de regagner confiance en vous et de reprendre le contrôle de votre vie.

Symptômes Physiques d'une attaque de panique ou crise d’angoisse

Les signes et les circonstances physiques d’une attaque de panique ou crise d’angoisse se développent brusquement et atteignent généralement leur apogée en 10 minutes. 

Cependant la plupart des épisodes de crise se terminent en 20 à 30 minutes et ne durent rarement pas plus d’une heure. 

Les attaques de panique peuvent survenir n’importe où et n’importe quand. Elles peuvent survenir pendant que vous faites du shopping, que vous marchez à l’extérieur, que vous conduisez votre voiture ou même si vous êtes assis tranquilement chez vous.

En définitive les symptômes physiques des crises d’angoisse sont causés par une réaction de “combat, fuite, figement”. 

Les symptômes physiques d’un crise d’angoisse ou manifestations corporelles d’une attaque de panique comprennent :

  • Sensation d’essoufflement ou hyperventialtion 
  • Sensation d’étouffement ou d’oppression
  • Accélération du rythme cardiaque, palpitations cardiaques, battement du coeur rapide
  • Douleur ou inconfort thoracique
  • Tremblant ou secousses
  • Transpiration
  • Nausée ou bouleversement gastrique, douleurs abdominales
  • Etourdissement, évanouissement
  • Sensations d’engourdissement ou de picotement, de fourmillement
  • Bouffées ou sensation de chaleur ou de froid
  • Se sentir étourdi, instable, fébril

Symptômes Psychologiques d'une attaque de panique ou crise d’angoisse

Voici les symptômes psychologiques d’une cirse d’angoisse ou attaque de panique:

  • Sentiment d’irréalité ou impression de détachement de son environnement
  • Sentiment d’être détaché de soi
  • Peur intense de perdre le contrôle ou de devenir fou (sombrer dans la folie)
  • Peur de mourir
Si au moins quatre des symptômes physiques ou psychologiques se manifestent alors un diagnostique d’attaque de panique pourra être posé. Il est cependant possible que vous resentiez moins de quatre symptômes d’attaque de panique. Ces formes d’attaques de paniques sont connues sous de nom d’attaques à symtômes limités. 

Attaque panique + criseS d'angoisse répétées = trouble panique

Si vous faites partie des nombreuses personnes qui ne subissent qu’une ou deux crises de panique sans autre épisode ni complication. Il n’y a alors pas de raison de s’inquiéter. 

En revanche, certaines personnes développent un trouble panique. Le trouble panique se caractérise par des attaques de panique répétées. Ces crises répétitives sont souvent associées à des changements majeurs de comportement. Ou aussi à une anxiété persistante à l’idée d’avoir d’autres crises à répétition. C’est le cercle vicieux des crises qui s’encelnche.

 

Les symptômes des troubles panique

Vous souffrez peut-être de trouble panique si vous :

  • Faites l’expérience de symptômes d’attaques de panique de manière fréquentes et inattendues sans lien avec une situation spécifique
  • Vous vous inquiéter beaucoup d’avoir de nouvelles crises, de la perte de contrôle
  • Enfin, vous modifiez vos comportement à cause des symptomes de crise de panique (éviter les endroits où vous avez déjà paniqué ou vous imaginez pouvoir paniquer…)

Si l’expérience d’une seule attaque de panique peut ne durer que quelques minutes. En revanche, les effets de la crise panique avec symptome peuvent eux laisser une empreinte durable. Et particulièrement l’expérience de la première expérience surtout si elle a été forte. Si vous souffrez de trouble panique, les attaques de panique récurrentes ont un impact émotionnel majeur sur votre vie. Le souvenir de la peur, de la terreur intense et de la peur de mourir ou de devenir fou que vous avez ressenties pendant les attaques peut avoir un impact négatif sur votre confiance en vous. Et cela peut perturber gravement votre vie quotidienne

Pour finalement, conduire aux symptômes du trouble panique :

Anxiété d’anticipation – Au lieu de vous sentir détendu entre les attaques de panique, vous vous sentez anxieux et tendu. En fait, cette anxiété découle de la peur d’avoir de futures attaques de panique. Cette «peur de la peur» est présente la plupart du temps, et peut être extrêmement invalidante. C’est pourquoi, vous redoutez sans cesse que de nouvelles attaques panqiue surviennent.

Évitement phobiqueVous commencez alors à éviter certaines situations ou certains environnements. Cet évitement est souvent basé sur la croyance que la situation que vous évitez pourrait causer une attaque de panique. Comme celle que vous avez déjà vécu précédemment. Ou vous pouvez éviter les endroits où il serait difficile de s’échapper. Et où vous n’obtiendriez pas l’aide dont vous avez besoin si vous aviez une attaque de panique. Par conséquent, poussé à son extrême, l’évitement phobique devient l’agoraphobie.

complication possible: l'Agoraphobie

L’agoraphobie est souvent définie comme une peur des lieux publics et des espaces ouverts. Cependant, l’agoraphobie se développe aussi comme une complication des attaques de panique et des crises d’angoisse. Bien qu’elle puisse se développer à tout moment, l’agoraphobie apparaît généralement dans l’année suivant vos premières attaques de panique récurrentes.

Les agoraphobes ont peur de faire une crise de panique dans une des situations suivantes :

  • Endroit où la fuite serait difficile ou gênante,
  • Lieu ou situation où vous ne pourriez pas obtenir l’aide dont vous auriez besoin

Par exemple, de peur de faire une nouvelle crise, vous pouvez commencer à éviter :

  • Les espaces bondés tels que les centres commerciaux, les boutiques, les stades, les salles  de spectacles et de concerts…
  • Voitures, avions, métros et autres moyens de transport
  • Réunions sociales, restaurants ou autres situations sociales
  • L’exercice physique au cas où cela déclencherait une crise
  • Certains aliments ou boissons tels que l’alcool, la caféine, le sucre ou des médicaments
  • Sortir sans la compagnie de quelqu’un qui vous fait vous sentir en sécurité. Et dans les cas les plus graves, ne se sentir en sécurité que chez vous.

Les causes des troubles paniques

Souvent les causes ne sont apparemment pas identifiables.

Bien que les causes des attaques et troubles panique ne soient pas toujours claire. Tout d’abord, l’hérédité peut entrer en ligne de compte. Ou dit autrement vous avez héritez des peurs des générations précédentes.

De plus, on dit aussi que les transitions de vie importantes peuvent être des facteurs déclenchants. Comme l’obtention d’un diplôme, la chercher d’un premier emploi, un mariage, une naissance, le décès d’un être cher, divorce, licenciement…En effet ils peuvent venir réactiver des peurs inconscientes, une perte de sécurité, de l’insécurité émotionnelle, des négligences émotionnelles intenses, une peur de perdre…

Ce qui est sûr c’est que la plupart de nos peurs sont inconscientes et conditionnent fortement notre personnalité et nos relations. Elles sont aussi la cause de notre stress, nos angoisses et nos dysfonctionnements.

Bien que nous cherchons à comprendre pour guérir, notre corps ne se raisonne pas.

Enfin, l’angoisse remonte régulièrement à notre  vie intra-utérine ou aux premiers mois de la vie. A cette période, certains évènements nous ont confrontés à la mort ce qui est particulièrement traumatisant. Puis cette insécurité émotionnelle perdure parfois sous notre seuil de conscience.

De toute évidence les attaques de paniques viennent vous délivrer un message. 

Votre psychisme  veut vous rappeler avec insistance qu’il vous faut changer de toute urgence un comportement, des relations, des habitudes dans votre vie. 

Dans quel domaine de votre vie n’avez-vous pas écouté votre saine intuition depuis que vous avez des attaques de panique ou des crises d’angoisse ?

 

Comment surmonter une attaque panique ou crise d’angoisse par vous même

Peu importe à quel point vous vous sentez impuissant ou incontrôlable face à vos attaques de panique. Il est important de savoir qu’il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour vous aider. Les techniques d’auto-assistance, ou auto soin suivantes peuvent faire une grande différence pour vous aider à surmonter la panique :

Renseignez-vous sur la panique et l’anxiété. Le simple fait d’en savoir plus sur la panique peut grandement contribuer à soulager votre détresse. Renseignez-vous sur l’anxiété , le trouble panique et la réaction de combat ou de fuite ressentie lors d’une attaque de panique. Vous apprendrez que les sensations et les sentiments que vous ressentez lorsque vous paniquez sont normaux et que vous ne devenez pas fou.

Évitez le tabac, l’alcool et la caféine. Ceux-ci peuvent tous provoquer des attaques de panique chez les personnes qui y sont sensibles. Soyez également prudent avec les médicaments contenant des stimulants, tels que les pilules amaigrissantes et les médicaments contre le rhume sans somnolence.

Apprenez à contrôler votre respiration. L’hyperventilation provoque de nombreuses sensations (telles que des étourdissements et une oppression thoracique) qui se produisent lors d’une attaque de panique. La respiration profonde, en revanche, peut soulager les symptômes de crise de panique. En apprenant à contrôler votre respiration, vous pouvez vous calmer lorsque vous commencez à vous sentir anxieux. Et si vous savez contrôler votre respiration. Vous êtes également moins susceptible de créer les sensations mêmes dont vous avez peur.

Pratiquez des techniques de relaxation. Lorsqu’elles sont pratiquées régulièrement, des activités telles que le yoga, la méditation et la relaxation musculaire progressive renforcent la réponse de relaxation du corps. A l’opposé de la réponse au stress impliquée dans l’anxiété et la panique.

Nouer des liens avec des personnes en qui vous avez confiance (votre famille et vos amis). Les symptômes d’anxiété peuvent s’aggraver lorsque vous vous sentez isolé. Alors contactez régulièrement les personnes qui se soucient de vous. Si vous sentez que vous n’avez personne vers qui vous tourner, explorez des façons de rencontrer de nouvelles personnes et de nouer de belles amitiés.

Faites de l’exercice régulier. L’exercice est un analgésique naturel , alors essayez de bouger pendant au moins 30 minutes par jour. Les exercices aérobiques rythmiques qui nécessitent de bouger les bras et les jambes, comme marcher, courir, nager ou danser, peuvent être particulièrement efficaces.

Favoriser un sommeil réparateur. Un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité peut aggraver l’anxiété, alors essayez d’avoir sept à neuf heures de sommeil.

Et lorsque toutes ces tentatives n’aboutissent pas, c’est souvent là que les patients viennent consulter.

Traitement des attaques de panique et du trouble panique par la thérapie

La forme la plus efficace de traitement pour lutter contre les attaques de panique, les crises d’angoisse et l’agoraphobie est la psychothérapie avec un psychothérapeute. Même un traitement de courte durée peut aider.

Je sais le temps qu’il faut pour venir à bout d’une problématique par les voies thérapeutiques habituelles. Je connais aussi les possibles et nombreuses rechutent au bout d’un certain temps.

Enfin, j’ai aussi rencontré des dizaines de personnes qui ont peur de prendre l’avion au point de ne plus voyager, de prendre la parole en public. Sans compter ceux qui craignent les ascenseurs, le vide, la foule, le métro et les araignées. Sans jamais obtenir de résolution durable de leurs peurs.

 

Comment vous débarrasser de vos peurs inconscientes?

Nous pouvons alors faire appel à notre mémoire sensorielle. C’est la particularité de ma pratique. Notre corps a gardé la mémoire de l’évènement traumatisant à l’état brut. Les symptomes physique, émotionnels dont nous avons parlé en début d’article brouillent les pistes. C’est grace à vos sensations que vous allez vous libérer de vos peurs.

Par exemple, « j’ai failli me faire écraser par un voiture quand j’avais 1 an. Ma mère a eu tellement peur qu’elle m’a soulevé violemment en se mettant en colère… » Mon corps a gardé la mémoire d’être soulevé violemment. Mais mon mental s’est figé sur le fait que je traversais une rue à fort trafic. Résultat, j’ai la phobie de conduire en zone de trafic dense.

Si j’essaie de me guérir de ma peur du trafic intense. Je ne vais obtenir aucun résultat car la mémoire traumatisante inscrite dans mon corps est celle d’être soulevé violemment.

Toute personne peut se connecter naturellement à la « mémoire du corps » pour revivre sensoriellement des traumatismes inconscients et s’en libérer définitivement.

 

Une méthode simple et efficace.

Il est possible de se faire guider pour passer  d’une mémoire émotionnelle (peur, phobie, panique) à une mémoire sensorielle (inscrite dans le corps).

Le corps déroule naturellement la mémoire qui l’encombre jusqu’à sa racine la plus profonde même si nous ne la connaissons pas. Une fois que la mémoire est désactivée, vos symptômes disparaissent définitivement.

 

Est-ce que ca va marcher pour moi ou un de mes proches?

C’est aussi la question que je me suis posée, lorsque j’ai cherché une prise en charge.

Je l’ai d’abord testé sur moi, ma famille et mes patients. Il est impossible d’échouer puisque nous n’avons rien à faire, c’est le corps qui va faire le travail de libération de la mémoire de peur si il est bien guidé.

Pour parvenir à une désactivation complète, il est nécessaire lors de la prise en charge de partir d’une situation précise, réelle et concrète parfaitement représentative de la difficulté émotionnelle que nous voulons voir disparaître.

Un malaise flou et chronique ne peut être déprogrammé, il est important de saisir l’instant précis où se déclenche la perturbation.

Par exemple, « la dernière fois que j’ai pris la parole en public, j’ai commencé à avoir des frissons dans le dos…. »

 

Peut-on désactiver toutes les peurs?

Toutes les peurs sont désactivables. 

Peur du noir, de l’eau, du vide, de la vitesse, de conduire, de prendre le métro, le train, l’avion, le bateau, les ascenseurs…

…la peur des chats, peur des chiens, des souris, des serpents, des insectes, peur d’être souillé(e), contaminé(e)…

…peur de travailler, d’être bloqué, peur de perdre, peur de ne pas pouvoir s’enfuir, de ne pas sortir, de perdre vos moyens, de prendre la parole en public, de passer des examens, de faire des rencontres, d’échouer, de réussir…

…la peur de devenir violent (e), peur de vivre ou peur de mourir, peur de perdre le contrôle, peur d’avoir un accident … la liste est sans fin!

Et vous de quoi avez vous peur?

Conclusion

Nous avons désormais droit à une vie où on se sent mieux et où il est possible de se sentir libre des traumatismes dont nous ignorons tout.